vendredi 1 août 2014

Attention ; une pub peut en cacher une autre !

J'adore les publicités produites par les marchands d'obus !
 
N'étant pas vraiment autorisés à faire leur promotion directement pour leurs produits pétillants dans les médias "grand-public", les industriels de l'obus furent très tôt les rois de la stratégie publicitaire subtile. Dans l'application toute en finesse de celles-ci, un de leur vecteur favori fut sans conteste les courses de voitures aux US.  Cela nous a permis d'admirer, principalement dans les années 70/80, quelques uns des messages parmi les plus subliminaux et les plus sublimes de l'histoire de la pub.
Je vous laisse juge :


Le plus rigolo, c'est qu'ils continuent. Parmi les jeux de l'été qu'il est de bon ton de trouver dans toutes les  publications un peu sérieuse, en voici un que vous propose votre blog favori ; amusez à retrouver les pubs de marchands d'obus innocemment maquillées en pubs pour d'autres produits. Vous verrez c'est étonnant !
 
 En tout cas, faites comme moi ; militez activement ;

Pour que cesse enfin cette hypocrisie en libéralisant sans délai la pub pour les obus !

Accessoirement : Pour le retour inconditionnel et généralisé des calibres de l'artillerie de marine.

vendredi 25 juillet 2014

Sprint - étape 5

Le projet était de rouler à Montlhéry au Café Racer Festival, le 22 juin, soit tout juste deux mois après avoir récupéré le cadre et rassemblé les bouts. 
Deux mois plus tard ; budget tenu, spécifs techniques tenues, délai tenu ... à l'arrache mais tenus.
D'abord, la veille au soir, les premiers cris du bébé et l'occasion de vérifier qu'il y a bien retour d'huile :
video
Sur place, un peu à l'écart, le tout tout premier roulage :
 Y'a pas, le MH carré, ça a une sacrée gueule !
Victime du succès, il a fallu se présenter sur la grille pour les runs avec très précisément 150 mètres de roulage dans les pattes.
Pas de quoi affoler les compteurs, mais le machin essayé calmement, sans amortisseur de direction, s'est avéré dynamiquement très sain, roulant droit, freinant droit, sans guidonner ou se désunir. En plus on sent que potentiellement cela peut vraiment marcher. Bref une grande satisfaction.

vendredi 18 juillet 2014

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple

Vous l'aurez constaté, la tendance "mécanique" est au tout électronique. On voit qu'en F1, les interventions, même sur le châssis, ne sont plus mécaniques mais numériques.  Les ingénieurs ne regardent même plus la voiture pour intervenir ! Bientôt ils ne seront même plus sur le circuit !!! Tout a commencé  avec l'avènement absolu de l'injection qui reste encore le domaine de prédilection de développement de l'électronique.
Bientôt sous le capot ou le carénage, ce sera ça :
Glupps ! On sort carrément du domaine perceptible, même partiellement, par le simple mortel, même si bac + 12.
 
Alors qu'avec un bon vieux carbu, on sait tous que c'est un principe de fonctionnement si simple :
C'est'y pas mieux comme ça ?
 
 

vendredi 11 juillet 2014

Sprint - Etape 4

Des doutes, des interrogations  il y en a eu dans ce projet !

Dès les premiers montages à blanc du moteur, il y a eu une grosse angoisse sur la rigidité de la triangulation avant. Sans même aller jusqu'à l'essai dynamique, il fut vite clair qu'il fallait faire quelque chose. N'ayant pas 36 solutions possibles, il était évident qu'il fallait rajouter un tube reliant la poutre et le berceau. Seul problème le tube devait être démontable pour pouvoir enlever le réservoir, sauf à en refaire un positionné ailleurs, ce qui l'air de rien aurait remis en question l'allure d'ensemble du projet.
L'autre grande angoisse, plus ancienne puisqu'elle date des mois où le cadre était en cours de réalisation, portait sur la garde au sol a minima. Avec une garde  au sol en conception de 10 cm aux platines moteur et vu la longueur du bidule, j'ai nuitamment eu de vrais cauchemars  en m'imaginant planter les pots, voire le carter lors du transfert de masse au freinage !
 
Dés que tout fut un peu en place, j'ai donc mis la fourche en butée mécanique pour découvrir si je ne m'étais pas trop planté :
Halleluyah ! Au pire de tout, il me reste 3 cm de garde au sol. Pas de quoi envisager de faire du cross mais bien plus que ce qui me terrorisait. Un petit coup de flambard sur les tubes pour les cintrer encore un peu et roule ma poule !
 
 

vendredi 4 juillet 2014

Pas si frustre que ça - 5

Comme je vous sais d'une soif inextinguible en matière de culture mécanique et que les précédents posts sur le sujet ont éveillé chez vous un vif émoi pour la créativité étonnante du Speedway, j'offre à vos regards éblouis encore quelques trouvailles significatives :
Un exceptionnel (voir l'étiquette) Wal Phillips, le tout premier champion du monde de speedway en 1936 , encore à carburateur, ce qui est étonnant de la part de ce pilote ingénieur célèbre pour s'être reconverti dans le développement et l'industrialisation d'un des premiers systèmes d'injection "moderne" pour motos.
 Un rarissime Fairchild dont j'avoue ne rien connaitre.
 Le "Schneeweis spécial" allemand de 1947, sans doute en alternative à la rareté des JAP outre manche.
Enfin un tout bête Matchless G80, qui figure dans cette lignée uniquement parce que ses marquages ont été soigneusement effacés, un paradoxe dans ce microcosme où d'habitude les marques et les noms s'affichent en grand et en fier sur toute surface un peu plane.
Et ça ; vous le reconnaissez ?
Quand on voit la créativité foisonnante qu'il y a eu autour du thème imposé du mono 4 T racing, on se prend à rêver de ce que pourrait être le Moto 3 s'il l'électronique n'y avait pas une place si importante dans la performance.

vendredi 27 juin 2014

Sprint - Etape 3

A partir du moment où j'ai pris l'option de commencer avec un moteur stock déjà tout monté, mon attention s'est focalisée sur le montage de la partie cycle. Le but c'est d'avoir un machin, qui embraye droit, qui roule droit, qui freine droit (je sais les freins c'est lâche). On songera plus tard à améliorer les "performances" du bon vieux T140, qui avec ses 7 de compression et ses 50 cv en grande colère, offre une marge de progression importante. En route donc pour le montage des mille et un trucs qui font qu'un dragster pour simplifié qu'il soit reste quand même une vraie moto avec plein de composantes et de fonctionnalités essentielles :



Cela n'a l'air de rien, mais c'est quand même un peu de boulot et pas mal d'interrogations.
 
 
 

vendredi 20 juin 2014

Trophées qui en jette

 Le casque de Rocketeer ? Non un trophée de speedway des années 50/60. Car en plus de se faire "massive money" (euphémisme très britannique), les champions de l'époque avaient en plus droit à des trophées magnifiques
Avouez quand même que brandir ce flambeau de vainqueur sur un podium devait avoir quand même plus de gueule qu'agiter le monstrueux trophée distribué sur le podium du dernier GP du Quatar :
Voir que nos champions modernes ont malgré tout le sourire démontre s'il en était encore besoin, que le sourire commercial sans état d'âme est une compétence nécessaire à la réussite d'un pilote de haut niveau.