vendredi 24 avril 2015

Fixation solide

En voila des écrous aviation sympas ! Pas rarissimes mais pas trop communs non plus ! Ca reste quand même des bouts de ferraille ; pourquoi donc notre blogeur favori fait-il une fixette dessus ?

En fait ces quelques écrous je les ai dans mes caisses depuis 45 ans. Ils m'accompagnent pour ainsi dire depuis toujours. Ils ont résisté à tout ; projets insensés, bricolages d'urgence, déménagements, divorce, rangements sauvages ... Ils ont toujours été là, tapis au fond de mon petit bazar.

J'ai toujours rechigné à les utiliser. Faut dire que du 10 x 150 c'est pas pour tous les jours et puis ces machins autoserrants ne se montent qu'une fois et après, c'est poubelle, mais ce n'est pas la vraie raison. En fait ils constituent la seule et unique preuve tangible de l'intérêt de mon paternel pour mes appétences mécaniques. Alors que j'avais péniblement 3 clefs dans ma boite à outils, c'est le seul truc qu'il ait bien voulu me ramener de l'usine de turboréacteur où il officiait avec conviction. Et encore, pas une poignée, non juste 6 !
 
Sans bien m'en rendre bien compte, j'ai toujours attendu une bonne, une meilleure, une vraie occasion de les utiliser et là ça y est ; le drag et ses  nouvelles platines justifient - enfin - d'y associer intimement les mânes de me ancêtres. 
Je sais, les théories du beau et de l'affleurement sont ignorées.  Plus grave, ils me font perdre un nombre considérable de grammes, alors que partout je traque l'excédent.
Je m'en fous.
Papa je t'aime !

vendredi 17 avril 2015

Think different

Vous croyez tout connaitre sur les Triumph ! Vous êtes sur qu'un moteur à quatre temps n'a pas de transferts ! Vous êtes persuadés qu'un deux temps ne peut avoir de soupapes ! Vous pensez qu'un seul compresseur suffit amplement pour gaver un moteur, même  multicylindres !
 
Vous avez sans doute raison et votre culture mécanique est grande. Toutefois, tout le monde ... quelques uns ... un ou deux, ne pensent pas comme ça et en plus ne font pas comme ça !
 
Voici que s'offre à vos regards émerveillés, le projet de jeunesse et déjà très original twin Triumph 2 temps de messieurs Rod Collett et Fred White, deux doux dingues, "backyards engineers" comme seule Albion sait les faire éclore, c'est à dire des vrais originaux mais avec une grosse expérience industrielle chez les meilleurs faiseurs britanniques ; De Haviland, Vauxhall, Cosworth ...
 
Il s'agit bien d'un deux temps dont on voit la lumière d'admission à la base du cylindre. Quand on connait le cylindre Triumph, on sent qu'il a fallu être malin et adroit pour y creuser des transferts. "On sent que le balayage ne doit pas être terrible" ne manquerez vous d'objecter à juste raison. C'est pourquoi nos pragmatiques concepteurs ont choisi de passer outre en gavant le bidule avec un compresseur par cylindre. Pour un remplissage bestial, on a rarement fait mieux et moins compliqué que les théories du bon docteur Schnürle . "Bon d'accord, mais il faut bien évacuer tout ça". Pas de problèmes, le Triumph ex-4 T étant avantageusement doté de soupapes, celles-ci vont toutes être consacrées à l'échappement. C'est génial car cela solutionne simplement le principal problème du 2T "classique" ; l'étanchéité au croisement et à l'échappement. Plus besoin de contre cône et de volumes subtilement calculés pour renvoyer une onde qui va venir fermer tout ça. Un simple ressort suffit à régler le problème. Bon d'accord c'est un peu lourd et encombrant. Il a aussi fallu réfléchir un peu avant de gentiment bricoler la distribution pour faire tourner les arbres à cames à la vitesse du vilo, mais tel quel, c'est sensationnel de clairvoyance.
 
Avouez que cette blasphématoire adaptation vous en bouche un coin ! C'est tellement
qu'on se demande pourquoi ce système n'a pas été plus développé ? Sans doute un peu parce que les concepteurs eux mêmes n'y ont pas beaucoup cru et n'ont pas insisté lourdement dans cette voie. En fait ils avaient déjà en tête un projet plus rigolo, plus original et plus classieux qu'ils poursuivront des années et des protos durant ; un moteur spécifiquement moto à chemise louvoyante !!!!

vendredi 10 avril 2015

Big wheel keeps on turnin '

Curieux moment que ce début de printemps. D’un coté on sent l’impatience et le frémissement de la saison à venir, de l’autre il fait encore un peu froid pour tester la gomme tendre et un peu moche pour se rouler dans la boue.
 
Dans cette période de latence, le motocycliste sportif moyen n’a guère d’autre solutions que de garder pour lui ses gémissements compassionnels - surtout si madame envisage avec ardeur  la sortie du WE au centre  commercial voisin – et de profiter de son avachissement prononcé dans le canapé du salon pour zapper sur la télé. Est-ce pour autant  là une occupation de nature à lui insuffler un quelconque dynamisme ? A la vue des programmes diffusés, on peut largement en douter. Du foot, des crimes, du foot, des histoires de médecins (et parfois des médecins enquêtant sur les crimes), des infos catastrophiques, du foot, des crimes, des histoires de flics (pas les flics cools des séries télé, non, les blaireaux exaltés qui courent après les bandits dans des Citroën Jumpy), des infos encore plus catastrophiques que les précédentes, du foot, des histoires d'aliens (ou de nazis selon une intéressante et inquiétante alternance), des crimes, de vraies billevesées printanières genre Tsunami, crash d'avions, requins gros comme des autobus….

Bref rien de nature à vraiment booster notre métabolisme endormi par l'absence prolongée de vapeurs d'essence.
 
Faites donc comme moi : quitte à passer votre journée devant la télé, militez pour le retour sur le petit écran de spectacles aussi exaltants qu'hautement édifiants pour les valeurs morales de notre saine jeunesse ! 
 
Militez pour le retour des grandes Trémousseuses !!!!!
 
 
Même en noir et blanc, avouez que c'est quelque chose !
 

dimanche 5 avril 2015

Sacrement

En ce jour de Pâques chrétienne,  fête qui a également du sens pour les religions juive et musulmane, pourquoi nous aussi, dévots Triumphistes, ne commémorions nous pas le miracle de la résurrection ?.
 
En 1983, l'usine de Meriden fermait définitivement ses portes, Triumph mourrait de sa belle mort
 après un vrai chemin de croix !
Ce fut inexorable, attristant, définitif !
(Je sais, ça fait mal !)
 
Puis un jour ; 
 Miracle! Lumière!
En 1990 Triumph sort des ténèbres, revient à la vie et nous gratifie de motos discutables mais surtout d'un marketing époustouflant :

Comment dès lors, ne pas voir dans ces évènements une manifestation supérieure qu'il est bon de commémorer avec pompe et habits sacerdotaux adaptés une fois l'an. Consacrons-nous donc aujourd'hui à la communion, au partage auxquels nous appellent ces aimables pratiquantes dont la joie et la passion sont à l'évidence délicieusement palpables ; vivons une véritable eucharistie !

vendredi 27 mars 2015

Effet de mode et roublardise

Avec la sortie de la nouvelle Kawa, le compresseur est à la mode. J'avoue que c'est effectivement sympa et même que cela donne quelques idées. Bon d'accord pour les courses de sprint, c'est plus fair-play de ne pas arriver avec un drag compressé ! D'où l'idée de faire discret, mais en mécanique si c'est discret ça marche pas bien. Il me faudrait donc mettre la main sur quelque chose qui soit quand même un peu sérieux.
En cherchant bien, j'ai trouvé ça :
Vous croyez qu'au contrôle technique, ils vont se douter de quelque chose ?
(Merci à Beautiful Machines & Engineering - un goupe rigolo sur Facebook)

vendredi 20 mars 2015

Résurrection

On approche de Pâques et c'est donc la saison idoine pour fêter les résurrections. En voici une qui vaut son pesant de cacahouètes : celle de l'extraordinaire et superlative FIAT S76 de 1910, dont je vous avais déjà parlé dans un post du 27 février 2011 "Blind speed" trouvable facilement sous le thème "flying curves".
Magnifiques images de mécanique et de passion, belles vues notamment sur le vilebrequin étonnamment épuré de ce sensationnel moteur 4 cylindres de 28,5 litres de cylindrée (on entrevoit fugacement un piston qui ferait un honnête tabouret) donné pour 290 ch. à la vitesse astronomique pour l'époque de 1900 trs mn, ce qui permettra à cette montagne à l'histoire romanesque d'être chronométrée - une, douteuse, fois à 290 kmH sur un mile à Long Island en 1912 - et plusieurs fois en Europe vraiment aux alentours de 200 !
 

samedi 14 mars 2015

Trial

Vus avez souvent vu dans ce blog que l'assos AMOCA se distingue non seulement par son activisme plus ou moins forcené dans la renaissance du sprint classic, mais aussi et depuis bien plus longtemps par sa participation limite intensive aux différentes disciplines de la moto ancienne façon moto anglaise sur fond de saucisson vin rouge mâtiné de compétition amicale. Elle ne pouvait donc qu'être présente au 1er trial classic de la base de loisirs de boucles de Seine, Moisson-Mousseaux, en gros à une encablure du bouclard.
 
Pour une fois où il n'était pas nécessaire de s'enquiller 200 bornes de cametard pour faire un petit coup de moto, il n'était pas question de laisser passer ça.



Que dire ; que l'organisation était très sympa, que les absents ont eu tort ... Bref que l'on reviendra encore plus nombreux l'an prochain.

Pour ceux qui voudraient découvrir ce trial et se tenir prêt pour l'an prochain : http://www.passiontt78.fr/trial_classique_2015.html