vendredi 2 octobre 2015

Vocame cum Bénédictis

Le démarrage du drag a toujours été un sujet de préoccupations constant !

Le premier système fut celui fort utilement mis au point par Triumph ; le Kick. Si son efficacité ne pouvait être remise en cause, il s'est toutefois vite révélé peu satisfaisant.

Du fait de la garde au sol ridicule du bidule, le levier d'origine tapait par terre bien avant la fin de course … sans parler du fait qu'au repos la tige de métal bien dur venait s'incruster fort désagréablement dans le tibia. Même tordu d'importance, le machin conservait quelques défauts consubstantiels : avec un calage plein avance, le démarrage au kick restait synonyme de retours généreux voire plus ou moins dévastateurs. Enfin, le cardio training stressant sur la ligne de départ n'a jamais été reconnu comme très favorable à la concentration.
Bref, j'ai lâchement profité du changement de coté de la sélection pour considérer que le kick n'avait plus sa place et qu'il fallait donc le virer, ce qui entre autre argument favorable permet de gagner sans effort ni fortune, un bon kilo.
Reste que du coup le bidule ne démarre plus !!! La poussette étant hors de question vu l'ergonomie du drag (beaucoup trop bas et trop fin), il me fallait donc passer à un démarreur externe.

Le démarreur à rouleaux du bouclard fut donc abondamment sollicité. Plusieurs défauts ; partager un démarreur, donc sa
 batterie, revient à se retrouver plus ou moins rapidement devant un poumon asthmatique et inefficace. Mais surtout les rouleaux, même généreusement vernis pour en diminuer l'agressivité, « mangent » littéralement le gommard tout mou qui est une des pièces essentielles (et pas la moins chère) du drag !!!! Damned ! Enfin, il faut quasi obligatoirement un assistant pour plaquer la roue sur les rouleaux au lancement.
(La solitude du démarreur de fond face à une batterie aussi à plat que le paysage)
Ne restait donc qu'à envisager le démarreur en prise en bout de vilo. Un premier essai (voir post Damanation, libellè Drag) avait montré que le système avait besoin d'être puissant et qu'en 12 V c'était insuffisant. Nouvel essai donc en 24 V,  après avoir en vain cherché une batterie en vente libre dans ce voltage, et là ce fut une révélation :

video
Ca marche franchement bien et tout seul ! Adopté !
Je n'ai donc plus qu'à me fabriquer un petit chariot pour trimbaler tout mon petit nécessaire sur une ligne de départ (2 batteries costaudes, le démarreur, quelques mètres de câbles, 1 ou 2  litres de carburant, une pompe à pneu, un mano, quelques outils, une burette d'huile pour quand j'aurai viré la lubrification du haut moteur), trouver un haltérophile bulgare pour me pousser tout ça et je pourrai vrombir sereinement vers de nouvelles aventures ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je t'encourage cher et courageux lecteur à nous laisser un commentaire qui sera forcément lumineux, apocalyptique et boulversant.