mardi 31 mai 2011

Héros absolu : Jack Findlay

Dans ce pays où l'on adore les loosers pour peu qu'ils soient magnifiques ou un rien romantiques, Jack Findlay qui était tout cela et plus encore puisqu'il avait le bon gout de passer pour assimilé français, ne pouvait qu'accèder au statut de héros antique, d'autant plus quasi déifié de son vivant qu'il était modeste, semblait toujours un peu dépassé par son aura, avec un vrai palmarès sans pour autant être écrasant.
Rare photo des débuts en Australie (d'où l'absence du célèbre Kangourou)
Le mythe en marche sur sa Linto, en action et en musique. Au passage sans doute la première séquence "caméra embarquée".
Le "vrai" Findlay que l'on suivait dans la presse après l'avoir découvert dans "CC" ; le jet bleu et blanc avec le kangourou et le liséré à damier, les motos persos très travaillées ...

Comme pour tout ceux de ma génération, la découverte de cette fascinante et humble personnalité a transcendé l'incroyable morbité dégoulinante du film "continental circus". Trop jeune, trop pauvre, trop provincial et trop hors circuit pour filer m'acheter un G50 comme celui qui était devenu mon héros, je n'en ai pas moins cherché à prolonger l'excitation avec les reliques que je pouvais trouver :
 Mon respect pour cet homme, très au delà de celui que je pouvais avoir pour le pilote, était tel que je n'ai jamais osé lui faire dédicacer quoique ce soit. Pourtant peu de personnalités du monde de la moto ont comme lui suscité, même longtemps après qu'il se soit retiré, non seulement des articles, des tirages photos mais aussi divers travaux perso, comme ces quelques exemples ;

Jack Findlay est mort en mai 2007 et sans doute avec lui une partie de mon, de notre adolescence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je t'encourage cher et courageux lecteur à nous laisser un commentaire qui sera forcément lumineux, apocalyptique et boulversant.