vendredi 26 octobre 2012

L'air du (4) temps

Je ne sais pas vous mais moi je suis très inquiet  pour la marque Honda.
Alors qu'elle vient de lancer son modèle néo-rétro K 10 ou CB 1100, censé évoquer chez les acheteurs potentiels "d'age mur", l'image de la mythique CB 750, la communication de la marque menée directement par le chef de projet essaie de nous persuader que malgré le look rétro, c'est techniquement une moto extrèmement nouvelle et originale. Tellement différente de ce qu'ils ont l'habitude de faire  qu'elle a même connue, peut être plus que les autres, son lot de difficultés techniques et qu'il a fallu au premier constructeur mondial développer de véritables prouesses de conception et de réalisation. Ceci expliquant son temps de gestation anormalement long chez le premier constructeur mondial.
Pourquoi pas, mais à voir son architecture, sa cylindrée, somme toute assez "classiques" je ne peux m'empècher de penser que si ils ont galèré pour la réaliser c'est qu'ils ont sans doute un peu perdu la main. Même si je reconnais à Honda une abslolue légitimité à ressuciter le mythe CB, pour moi leur thème de communication écorne l'image du motoriste doué et entreprenant, qu'admiratif je leur prétais jusqu'à présent.
Il faut dire que je fus fasciné par l'extraordinaire saga des moteurs 4T de course de chez Honda et plus particulièrement par le fantastique développement de leurs 125. Voyez plutôt et vous comprendrez :
Ca c'est leur (vraie et pas trop connue) première 125 de course à sortir de Japon ; la R 125  de 1954 qui fera de modestes débuts sur le circuit d'Interlagos au Vénézuela dans ce qui n'était pourtant pas la plus relevée des compétitions. Il faut dire qu'avec son simple arbre dérivé de la série et sa boite à deux vitesses, ce n'est pas encore une balle de guerre.
Avec la RC 142 qui apparait en europe en 1959, on a déja un développement spécifique très, très sérieux; twin proto, 4 soupapes par cylindre, double arbre, couple conique, boite 5, embrayage à sec ...
La RC 143 de 1960 et sa soeur de 1961 sont à l'évidence de superbes améliorations totales de tout avec notamment une profusion de magnésium (ce qui ne pouvait qu'être bon pour leur santé).
La RC 145 de 1962 adopte (en plus de tout ce qui a été développé avant) ce qui sera l'architecture Honda classique ; double arbre avec cascade de pignon "entre" les cylindres.


 La RC 146 de 1964 passe à 4 cylindres, de la pure magie pour une 125, d'autant que en cours d'année, un autre modèle plus travaillé va venir la remplacer ;
Amusez vous à jouer au jeu des 7 erreurs entre ces deux modèles (facile, ils n'ont RIEN de commun).
Le pompon ! La merveille! La RC 149 de 1966 et son architecture unique à 5 cylindres.
Etonnez vous après que je sois dubitatif, désabusé, inquiet, quand j'entends dire qu'Honda a peiné des années durant, en fait a peu près autant que la saga 125, pour développer son dernier gros 1100 à air.

2 commentaires:

  1. Bonjour Hervé

    La saga des 125 Honda GP a indiscutablement laissé une empreinte indélébile dans l'Histoire de la moto. A une époque où les moteurs deux temps de petite cylindrée enterraient généralement le quatre temps, seul Honda avait relevé ce défit technologique avec succès. Les moteurs 125 cinq cylindres constituent bien sur les plus beaux joyaux de la couronne. La seule architecture des deux vilebrequins accouplés est édifiante sur l'originalité du concepteur. Le premier (cylindres 1, 2 et 3) ayant ses manetons calés à 120° et le second (cylindres 4 et 5) calés à 180°! Utilisation massive des pièces du 50cc bicylindre? Idée de précurseur préfigurant la technologie du "big-bang"? En tous cas, sa musique était envoutante. Merci de nous avons rappelé cette période magique du passé...

    RépondreSupprimer
  2. Mécanique époustouflante ! j'adore !
    Mais des monocylindres plus performant l'on détrôné ( beurk des 2 temps)

    RépondreSupprimer

Je t'encourage cher et courageux lecteur à nous laisser un commentaire qui sera forcément lumineux, apocalyptique et boulversant.